Poster une réponse 
 
Note de cette discussion :
  • Moyenne : 0 (0 vote(s))
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
La mission divine (proposition de parachute)
06-09-2008, 10:15 PM
Message : #1
La mission divine (proposition de parachute)
Six anneaux reposait sur l’autel, six anneaux doré, terni par la poussière, six petits cylindres de métal formant un cercle parfait de la taille d’un doigt.
A l’intérieur de deux d’entre eux une flammèches oscillait, dansant en suivant un léger courant d’air.
Iticati les regardaient en se souvenant d’un autel immense couvert d’anneaux semblable, presque tous éteint.
Il en tenait un en main, à l’intérieur duquel vivait aussi une petite flamme.
Il se demandait combien de temps il avait vécu depuis cette vision.
Pas combien de temps s’était passé, il pouvait retrouvé la date et faire le calcul, mais cela ne lui aurait rien apporté sur ce qu’il avait vécu lui. Il était passé par quelque décalage temporelle.
Une dizaines d’années, au moins…
C’était avant qu’ils ne s’embarque pour le nouveau continent.
Si alors quelqu’un lui avait dit qu’il serait un jour un commandeur, il aurait sûrement été très fier.
Avoir sa propre commanderie, pour lui c’était diriger des paladins dans des aventures glorieuse.
Il ne se doutait pas à l’époque que l’essentiel du travail d’un commandeur c’était de régler les petites querelles qui arrivait forcément entre des gens forcé de vivre en communauté dans un espace relativement restreint et de faire en commun les corvées. Que c’était des négociations sans fin avec les voisins pour des motifs aussi grave qu’une jument qui préféraient l’herbe des coteaux de la rivière plutôt que celle de son champ alors que les coteaux faisait partie de la propriété sacré du père Bascro.
Sans parler des barons qui trouvaient toujours génial l’idée qu’ils pensaient révolutionnaire de mettre un péage sur un pont, un carrefour ou une route à peine pavé.
Un poste ou finalement on parlait beaucoup et on faisait peu, un poste qui favorisait l’encroûtement accéléré.

Iticati pensait beaucoup à sa jeunesse ces temps ci.
Peut être parce que cette mission était un nouveau départ, le retour vers l’aventure.
Quand il était arrivé ici il y a quelques années il pensait pourtant en avoir fini pour toujours avec ces histoires.
Mais la bougeotte devait être une maladie incurable.

S’il mourrait la flammèche au milieu de ses deux anneaux s’éteindrait.
Si cela se passait mal tout à l’heure Timar le saurait immédiatement.
Iticati espérait que Timar aurait l’intelligence de ne rien en faire savoir à Anallea.
La jeune fille était déjà suffisamment perturbé comme cela.

Une chose qu’il n’aurait certainement pas compris non plus quand il était jeune, comment il était facile de s’attaché à une bandes d’éclopés.
Timar était cul-de-jatte, avec sa selles personnel et sur son cheval il compensait parfaitement et restait un vrai centaure, mais Balian son cheval n’avait pas survécu au froid de février. Il était déjà bien vieux, mais tout le monde l’avait pleuré et même s’il avait fallut se rationné sur le chauffage ensuite tous avaient tenu à ce qu’il aient les funérailles d’un serviteur de Yemal et ces cendres avaient été dispersé dans le vent.
Nraw était claustrophobe et avait le vertige ce qui était très dure pour un nain des montages, espérant un miracle il s’était dédié à Gerim. Cela avait été un miracle pour les paladins de Gerim qui l’avait envoyé relevé cette avant poste perdu à 150 lieu de la plus proche montagne. Mais il était arrivé trop tard pour le vieux Sileas qui n’avait plus la force de faire le long voyage de retour. Ils les avaient quitté une nuit de décembre. Luttant contre sa peur, Nraw était descendu dans les tunnels de la carrière pour lui tailler un sarcophage à sa mesure, en grès parce qu’il n’y avait pas de granit dans le coin. Il y avait la paladin de Freha aveugle, le prètre d’Hezine à qui ont avait arraché la langue et les autres qui n’avaient pas d’aussi visible blessure mais qui tous étaient meurtrit.
Et il y avait Anallea.
Anallea avait été devinée et entraînée comme une oracle, puis un jour une oracle avait ordonné qu’elle soit envoyé ici.
Iticati se souvenait encore de l’expression du paladin d’Hezine qui commandait l’escorte qui l’avait amené ici en découvrant l’endroit. Il ne comprenait pas pourquoi il devait amené ici son précieux oracle.
Anallea qui faisait de temps en temps des rêves qu’elle ne comprenait pas, elle qui lisait tout ce qu’elle pouvait trouvé sur les prophétie faites par celle qu’elle appelait en opposition à elle, les VRAI prophétesses, les VRAI oracles.
Anallea qui était toujours volontaires pour toutes les corvées comme pour s’excuser de n’avoir aucun handicap parmi tous ces éclopés.
Anallea qui avait en quelques mots réveillée un Iticati qu’il croyait définitivement rangé au placard.

Iticati remis l'anneau à son majeur gauche et sortit de la pièce obscure.
Il contempla le petit temple de Yemal vide comme toujours, soupira et sortit dans la cour central.
Il regarda la statue d’Hezine au centre et les petit temples autour de la place.
Iticati pensa que ces dieux était les éclopés de la Déesse.
Est ce qu’on pouvait parler ainsi des dieux, est ce qu’un dieux pouvait vraiment disparaître ?
Et pourtant, s’il y avait eut des régiments de paladins de Yemal chargeant en faisant tournoyer la chaîne de leurs grand anneau comme le rappelait Timar dans les veillés, même à la capital de l’empire il n’y en avait a peine assez pour se former en bannière.
En ces temps troublé où la mort pouvait se cacher dans chaque fourré, finir un voyage avec des ampoules aux pieds ou un cheval qui boitait c’était finalement avoir fait un bon voyage.
Alors plutôt qu’a Yemal les offrandes allait à Phirin ou un dieux guerrier ou encore les voyageur payait une rançon au dieu sombre.
Et c’était ce qui se passait aussi pour les dieux des amours courtois, de la nature et des petits oiseaux, des joueurs de flûtes etc.
Et alors que les ronces poussaient sur d’antique commanderie abandonné ou qu’elles étaient transformé en grange, si subsistait un petit autel à un dieux des arts dans un kiosque couvert sur une place, ou un autel pour Yemal dans un auberge de grand chemin, c’est surtout à l’ombre de la déesse bienveillante que ce réunissait les servants de ces dieux que la population délaissait un peu.
Alors l’image n’était peux être pas si mauvaise…

Pendant ses réflexion Iticati était arrivé jusqu’à la grande battisse en grès qui fermait tout un coté de la place et était leur principal quartier d’habitation.
Seul Gerim savait pourquoi les nains avaient construit cet avant poste ici, mais un jour qu’il n’y avait déjà plus que quelques nains un prêtre d’Hezine avait construit un temple en s’adossant à un des murs, d’autre prêtres l’avait imité et la commanderie sous sa forme actuelle était née petit à petit.
Construit pour abrité une cinquantaine de nains et leurs serviteurs humains elle était même trop vaste pour la petite communauté qu’ils formaient maintenant.

Iticati entra dans sa cellule.
Deux salle assez grandes, une salle a coucher avec un solide lit de bois avec un matelas de vrais plumes, un tabouret et un grand coffre, un bureau avec un table et quelque chaise, un bibliothèque et une carte accrochée au mur.
Il enleva sa tunique et enfila le rembourrage de laine d’un pourpoint de cuir vert qu’il enfila par dessus.
Il sorti un manteau cape de son coffre, il était vers avec des motifs dorés. Les couleurs étaient passées, ternies par le temps et les éléments. Il y avait des marques d’usures en certain endroit.
Iticati soupira et le plia soigneusement. Pendant encore quelques minutes il étaient le commandeurs et devait porté sa cape avec la bordure pourpre.
Il vérifia ce qu’il y avait dans son sac à dos qui était sur le lit. Il l’avait sûrement déjà fait une dizaine de fois, mais il le fit quand même.
Des provisions pour quelque jours, deux gourdes d’eau, un flacon de liqueur très forte, un briquet, une torche, un petit sac de plume de colombe, une corde, des rechanges de vêtements de corps dont des chaussettes (ne jamais négliger les chaussettes) et une couverture.
L’essentiel de l’indispensable.
Il remballa le tout et ajouta le vieux manteau par dessus et referma soigneusement les fermetures du sac.
Il traversa le couloir jusqu'à la salle d’arme et se dirigea vers un râtelier.
Il décrocha son grand anneau.
Il fit passé quelque maillons tranchants sur sa main regardant la forme aplatit du bord extérieur du maillons qui se finissait par un tranchant remarquablement effilé qui s’arrêtait à l’arrondi du maillon, là ou un anneau le liait au maillons suivant de la chaîne.
C’était une arme terrible qui s’enroulait facilement autour de sa cible avant de se dégager en la lacérant.
Iticati avait refait quelque passe pour voir s’il se rappelait assez de ses techniques de combat. Le mannequin d’entraînement en gardait encore les traces.
Il rentra la chaîne dans son fourreau et l’accrocha à sa ceinture, après un instant de réflexion il ferma un petit loquet qui lui évitait de risquer de se décrocher par accident.
Ensuit il décrocha une targe du mur, et donna un coup sec à l’intérieur.
Une partie en bois céda et fini par terre révélant un cercle d’acier aux bords extérieurs tranchants.
C’était le petit anneau ou anneau de défense. Il était conçu pour que la chaîne du grand anneau d’enroule autour sans dommage pour celui qui pare. Mais les combattants aux deux anneaux devenaient de plus en plus rare, alors que le moindre bandit avait une épée au bout bien pointu donc l’estoc rencontrait surtout du vide en face de l’anneau, voilà pourquoi il y avait le remplis en bois, qui le transformait en une bonne targe très maniable.
Iticati ramassa le remplis et le réajustât a l’intérieur de l’anneau avant de l’accroché solidement au dos de son sac.
Il envisagea quelque temps de prendre un écu ou un pavois, il avait pu apprécié la protection qu’apportait ses boucliers en combats. Mais finalement, il abandonna. Ils étaient trop lourd pour pouvoir envisager n’importe quelle marche un peu longue avec. Dommage…

Bon quand cette fois ci il avait tout, quand il faut y allé faut y allé…

Anallea l’attendait dans le couloir, aussitôt qu’elle l’apperçu elle lui dit :
-Et si c’était pas une vision, si c’était seulement un rêve bizarre ou un truc comme ça ?
-Isphora prophétesse reconnue vous a dénoncé comme prophétesse, elle a demandé à ce que vous veniez ici, et un jour vous faites de la lumière en déclamant un truc à peu prêt cohérent. Alors bon, moi je ne contredirais pas Isphora, pour moi c’est clair j’ai une mission. Je peux passé maintenant ?

A contre cœur la jeune fille s’écarta et Iticati sortit.
Ils étaient tous là pour lui dire au revoir.
Il eu un petit mot pour chacun, enfin il s’arrêta devant Timar.
D’un geste ample afin que chacun le voit il enleva sa cape de commandeur et la lui mit.
La cape faisait des plis étrange cachant la caisse à roue avec laquelle il se déplaçait.
Il l’entraîna un peu à l’écart et lui donna ses dernières instructions :
-Bon, le baron Fersu est le dernier à pas avoir eu la brillante idée d’un péage. Je parie pour cette été sur les gorges de rivière noire, ou au niveau des digues de son village. Si par hasard il le fait, n’hésite pas à lui rappelé que tu a fait 10 lieu dans la neige pour ramené un guérisseur pour que sa femme ne meurt pas en couche.
Sinon, le seigneur de la colline blêmes à levé son ban. Ca fait bien 20 jour que lui et ses hommes font des manœuvres. Passe donc les voir dans cinq jours et rappelle leur qu’il y a des bandits dans le bois des cors.
Passe un minimum la brosse à reluire et avec l’envie d’un vrai combat ca devrait suffire pour qu’ils y aillent.
Trois jour plus tard tu à la fêtes du printemps au village elfes, tu accompagnera le paladin de Freha qui est invitée. Là il ne faudra pas utilisé la brosse à reluire, mais plutôt disserté sur le courage d’un nain des montagnes qui va combattre en forêt. Mais ca devrait pas être trop compliqué.
Ensuite tu aura plus qu’a évité que les elfes tire sur les troupes du seigneur de la colline blême et que Nraw ne coupe des arbres en présence des elfes et ça devrait devenir tranquille le bois des cors et le coins.
Un jour il y aura peut être même de nouveau des marchands qui passeront par ce carrefour.
Sinon il va falloir que tu t’occupe du poulain que va avoir la jument. Je suis sur que c’est un des étalons de ces abrutis de paladins qui ont accompagné Anallea qui l’a monté, un étalon des plaines du sud.
A part toi personne ne saura le dressé comme il faut, alors que ça pourrait être un cheval exceptionnel, alors c’est dit je compte sur toi.

Sans lui laissé le temps de répondre il le salua et alla vers le magicien qui l’attendait l’œil noir à l’écart.
Le magicien ne lui laissa pas dire un mot
-vous êtes fous vous le savez, dans une téléportation au hasard vous avez 9 chance sur 10 d’arrivé dans un truc.
-Moi j’aurais plutôt une chance sur un million de ne pas me retrouver dans un élément du décor.
-Et vous voulez le faire, si vous voulez vous suicider prenez un couteau, m’impliqué pas dans vos truc.
-Je n’ai pas le droit de me suicider, ma vie appartient à mon dieu je ne peux pas en disposer comme je veux.
-Alors pourquoi …
-Non mais là c’est sur que ça va bien se passé, c’est une mission divine, alors c’est sur c’est flou, mais ne vous inquiétez pas, c’est divin.
-Je dois vous téléporter au hasard pour que vous allier sauvez un coin que vous connaissez bien, c’est parfaitement clair, c’est sur que vous n’avez pas de raison de vous faire du soucis.
-A peu près… La phrase exact est : a peu prêt dans un lieu que je connais bien je dois m’opposer à un ennemi important. Celui qui entrera dans la cour le etc. etc..
-Et vous comprenez quelque chose à ces trucs vous s’opposer à un ennemi important ca vous semble clair comme mission ?
-Ben sur les dieux j’ai deux théories, soit les dieux se font tellement chiez qu’ils inventes des énigmes pour les pauvres humains pour passé le temps, soit ils sont sur un plan tellement plus élevé que le notre que malgré tous leurs efforts pour être clair il n’y arrive jamais.
-Et vous êtes paladin vous ?.
-Bien sur.
-Vous êtes taré.
-Peut être mais le soleil met l’ombre de la statue de Yemal sur la route, à vous de faire votre boulot.
-Mais pourquoi moi.
-Vous êtes rentré dans la salle à manger à l’heure dit.
-Je savais que je mange trop
-C’est le moment allez y.
-Vous allez vous retrouvez en inclusion dans un caillou
- Quand un dieu vous confie une mission, une quête ou tout autre truc du genre, on ne peut pas dire non et il est de bon ton de l'accomplir avec vaillance et enthousiasme. ALLEZ-Y !

Il fallut un moment à Iticati pour se remettre de la transition.
Première constatation il était vivant et dans une ville.
Puis il entendit le bruit de la mer et les souvenirs remontèrent.

Il y avait un peu plus dix ans dans son existence, un jeune Iticati ramassait du sable de la plage et le laissait couler dans ses mains.
Il voulait se faire des amis, en particulier une jeune elfe espiègle qu’il avait remarqué pendant le voyages.
Bientôt pour avoir du bois pour la construction une expédition partirait dans la foret et serait rapidement forcé de construire un fort pour résisté au gobelin.
Le jeune Iticati les ferait partie de l’expédition et ce ne serait que le début de l’histoire.

Mais dans ce temps comme prenant des forces du souvenir de l’enthousiasme de sa jeunesse, Iticati releva les épaule et respira à fond, cherchant à apercevoir a travers les toits les montagnes au loin.
Il rangea la doublure en laine de son pourpoint qui n’était pas adapté au lieu et sortit son vieux manteau qu’il ferma avec une broche tiré d’une poche de son sac.
Il regarda la broche en souriant, la guilde existait peut être encore.
Et il partit d’un bon pas.
Si un ennemi important c’était très vague comme description, s’il y avait un lieu où avoir des informations sur ce qui se passait dans la baie c’était l’auberge.
Et Iticati doutait qu’elle ait changé de place.
Après tout les catastrophes ambulantes qui aurait pu faire que l’auberge doivent être reconstruite ailleurs avaient démontré leur détermination à rejoindre et rester dans les montagnes.

En se dirigeant vers l’auberge Iticati souriait, certes il allait de nouveau courir des dangers mortels et devoir se torturer l’esprit pour se sortir de situation désespérer, mais au moins ils ne devraient plus faire de la diplomatie avec des barons acariâtres, des paysans têtus et des paladins orgueilleux. C’était la vie la vrai.

Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-10-2008, 07:27 AM
Message : #2
La mission divine (proposition de parachute)
Bonjour à toi Iticati. et Bienvenu parmi nous.
Et bon retour à la Baie, car ton voyage est guidé par la Divinité Hezine me semble-t-il ?
A moins de venir de l'ancien Continent ? Car dans ton récit, il n'est pas indiqué à quel endroit se situe le début de ton aventure.
Mais tu utilises un sort de téléportation pour te déplacer :)
Arrives tu à la Baie pour nous aider dans notre quête ?

Que Phirin nous apporte l'Espoir d'un jour meilleur.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-10-2008, 01:54 PM
Message : #3
La mission divine (proposition de parachute)
Citation :Arrives tu à la Baie pour nous aider dans notre quête ?

C'est l'idée.

Dans mon message mon point de départ se situe dans l'ancien continent.
Le lieu est laissé volontairement très flou pour ne pas contredire des éléments connus.
C'est juste une région loin des montagnes, la campagne profonde d'un royaume ou d'un empire (voir de l'empire) où le pouvoir central est affaibli du faits des guerres.


Iticati
Ce n'est qu'un combat, continuons le début.
Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-10-2008, 04:58 PM (Ce message a été modifié le : 06-10-2008 05:03 PM par Lamertume.)
Message : #4
La mission divine (proposition de parachute)
Iticati, j'espère que tu ne viens pas de la Zanurie :(
Car c'est un royaume qui n'est pas sympatique du tout loin de là.
J'en connais un rayon sur cet empire car il est la cause de biens des problèmes de l'ancien continent.

Une grande partie des compagnons d'armes (les membres du clergé de Phirin) sont tombés sous les attaques sournoises du Grand Zain (Le soit disant Empereur de ce royaume)

Sinon un compagnon de plus ne sera pas de reçu car nous allons avoir à faire à d'étranges créatures. D'après le récit que nous avons obtenu de la part de notre naufragée. J'explique rapidement la situation à Iticati concernant ces Zergs et la menace qu'ils représentent n'est pas à prendre à la légère.

Merci pour tes réponses.

Nono

Que Phirin nous apporte l'Espoir d'un jour meilleur.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-13-2008, 05:25 PM
Message : #5
La mission divine (proposition de parachute)
Iticati,10.06.2008 à 14:54 a écrit :
Citation :Arrives tu à la Baie pour nous aider dans notre quête ?

C'est l'idée.

Dans mon message mon point de départ se situe dans l'ancien continent.
Le lieu est laissé volontairement très flou pour ne pas contredire des éléments connus.
C'est juste une région loin des montagnes, la campagne profonde d'un royaume ou d'un empire (voir de l'empire) où le pouvoir central est affaibli du faits des guerres.
[right][snapback]48176[/snapback][/right]

Salut Iticati! Tu ne perturbes rien: on vient de recommencer une aventure :)

Bienvenue!

Leo, comme le vent, venant de nulle part et allant partout
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-16-2008, 09:29 AM
Message : #6
La mission divine (proposition de parachute)
Pour le moment, la seule chose que nous avons commencé c'est de vider avec les Nains les chopines :)
Comme le dit le proverbe

"Il faut battre le fer tant qu'il est chaud, et boire la bière tant qu'elle est froide" :P

Mais nous savons tous que tant qu'il y a de la bière, il y a de l'espoir.
C'est une devise Naine ;)

Que Phirin nous apporte l'Espoir d'un jour meilleur.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-17-2008, 06:08 AM
Message : #7
La mission divine (proposition de parachute)
Citation :Mais nous savons tous que tant qu'il y a de la bière, il y a de l'espoir.
Tu as des origines naines, toi !?... :D

Ranger nain, pour vous servir (sauf les elfes et les gobs !... :op )
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
06-17-2008, 08:56 AM (Ce message a été modifié le : 06-17-2008 09:57 AM par Lamertume.)
Message : #8
La mission divine (proposition de parachute)
Non pas du tout mais je commence à bien connaitre mes compagnons d'armes Nains !

Et la chose la plus importante après l'entraide Naine c'est la Bière fraiche (Naine de préférence) :o

Car d'après les Elfes "Un Nain averti en vaut un" ;)

Pour ma part, je préfère "Ma loi est ma foi, foi est ma loi" :P

Que Phirin nous apporte l'Espoir d'un jour meilleur.
Visiter le site internet de cet utilisateur Trouver tous les messages de cet utilisateur
Citer ce message dans une réponse
Poster une réponse 


Aller à :


Utilisateur(s) paracourant cette discussion : 1 Guest(s)